Le bad buzz des fonds marins et la réalité cannoise

Suite à une vidéo polémique montrant des fonds marins cannois tapissés de déchets, la ville de Cannes a souhaité réagir et expliquer la réalité. Chaque année, au mois d’avril, des nettoyages des fonds marins sont effectués. Ces nettoyages coûtent 50 000 euros par an à la municipalité.

Les fonds marins sont parfois sales en sortie de vallon, là où se déversent les eaux pluviales. La pollution recouvre une  surface de la taille d’un petit terrain de tennis. Une canette, un sac, un mégot jeté dans le caniveau finira en mer. C’est aussi pour cette raison que le Maire de Cannes mène une lutte contre l’incivisme et souhaite sensibiliser mais aussi verbaliser ceux qui salissent.

De nombreux reportages ont été tournés suite à cette vidéo et où j’interviens pour expliquer la réalité. En voici quelques-uns.

Sur BFM nous expliquons qu’il ne faut pas résumer les fonds marins à la portion filmée (et nettoyée depuis) par le plongeur et qui a fait grand bruit.

Sur France 3 c’est le concept de vallon et d’eaux pluviales qui est expliqué en détail.


Les fonds sous-marins de Cannes

Sur France 2 les vallons sont montrés et il est expliqué que le problème est le même malheureusement sur tout le littoral. Cannes montre sa volonté de lutter contre l’incivisme et a distribué en 2015 plus de 20 000 cendriers de poche pour éviter que les fumeurs enfouissent leurs mégots dans le sable, causant ainsi une pollution.


Côte d’Azur : sauver les fonds marins de la pollution

Enfin, voici la réalité de la majorité des fonds marins cannois, qui sont un endroit magnifique pour plonger et que je vous encourage à découvrir.

La Mairie de Cannes procède ainsi à des nettoyages annuels au printemps et après chaque évènement exceptionnel causant une pollution. Le Palais des Festivals quant à lui nettoie le plan d’eau et les fonds après chaque feu d’artifice. Outre les 20 000 cendriers de plage distribués, il y a des corbeilles bi-flux (pour le tri + les déchets non triables) sur toutes les plages et elles sont vidées 3 à 5 fois par jour. Maintenant il faut que chacun prenne ses responsabilités et utilisent les moyens mis à sa disposition pour ne pas salir. Il en va de notre environnement, de la mer qui est notre jardin partagé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *